accueil

 

Le Plan du Site

 

Editorial

Décembre 2004: In memoriam: Pierre Guttin

Une histoire de mare: un extrait du reportage photo de Simone Lefort, avec son aimable autorisation.

Sur le miroir gelé du lâ métamorphosé, le chat poursuit une poule d'eau déroutée. Il glisse, et le chasseur fût chassé.

Et cet été, la décision est prise de remettre la mare en état. Beaucoup de bras, de bonne humeur, des bénévoles voisins ou émus par la tâche à accomplir, se sont retrouvés..."lâ", pour venir à bout du désastre, au grand dam des grenouilles déjà perturbées par la sécheresse estivale.

A nous, la technique!! Merci, nos entrepreneurs compréhensifs! Les bras ne suffisent plus, et l'engin est appelé à la rescousse.

Après avoir dégagé des ajoncs les abords du plan d'eau, le tronc de l'arbre est hissé, puis tronçonné.

Retour au calme. Encore quelques branches, beaucoup moins d'eau. Poules d'eau et grenouilles attendront  un peu avant de re- coloniser les lieux.

Eté 2004  par Fabienne Péchery Juin 2003

"La torpeur d'une chaude journée de juin pousse t-elle à une certaine mélancolie? Je ne sais, mais elle me donne envie de revenir sur deux événements qui viennent de se dérouler dans notre petit village et que je souhaiterais partager avec ceux qui se penchent sur ce site pour y retrouver un peu de fraîcheur et le goût du" pays".

Ces modestes instantanés n'ont rien en commun sinon l'émotion qu'ils ont dégagée, une certaine envie de vivre malgré tout pour savourer encore de tels moments d'authenticité loin des conflits humains et de la rudesse de notre monde.

 

les noces de platine de Martin et Josefa

 

 

 

Le premier fut les noces de platine de Martin et Josefa ; tableau poignant que ces deux êtres aux visages ridés par les ans et aux corps courbés par un dur labeur. Martin a échappé à la dictature franquiste et aux camps d'internement pour finalement  trouver refuge à Montillot. Bûcheron comme tant d'autres de ses compatriotes, il a accompagné les laboureurs de ses chants flamenco. Josefa l'a retrouvé au terme d'un long périple , et aux dires des gens du village elle resta une invétérée bavarde ,toujours gaie. Combien de joies et de peines partagées en 70 ans de vie commune! Une existence qui se terminait doucement dans la pénombre de leur petite maison avec juste quelques photos jaunies, témoignages de leur passé, autour d'un gâteau au chocolat et d'un verre de porto, ultimes gourmandises offertes par la vie. Et le geste si doux de ce petit vieux, caressant la joue de sa compagne, comprenant qu'elle va le quitter bientôt.(Josefa est décédée trois jours plus tard.) L'on ne peut s'empêcher de penser à la chanson de Brel: "Et la pendule au salon qui fait tic-tac, celui des deux qui reste se retrouve en enfer".

Tournoi  Joël Hénocque

Le second , plus récent, se déroula cette Pentecôte. Un tournoi de foot un peu surréaliste. Montillot à l'image de la coupe du monde en 1998: "Black, Blanc, Beur", au son des jembés et autres tam-tam. A voir tous ces jeunes, éclatants de la beauté de leur jeunesse, nous faisant partager sans réserve leur goût de la fête, les images des banlieues-ghettos furent quelque peu occultées. Merci Messieurs de votre sens du fair-play, émaillé de brefs instants de mauvaise humeur , inhérents à ce sport, que l'entraîneur de Créteil , avec un merveilleux sourire, a su effacer en trouvant les mots justes pour rendre hommage au joueur décédé en mémoire de qui est organisé annuellement ce tournoi. Ce jeune "Maradona" anonyme a profondément ému le public avec son "Que Dieu vous garde" (Les yeux de certains se sont alors mouillés furtivement) .Grâce à vous tous, le temps d'un week-end ensoleillé, le football a retrouvé ses lettres de noblesse et su redevenir ce qu'il n'aurait jamais du cesser d'être : un sport collectif au sens propre du terme."

 

 

 

 

 

 

000webhost logo